REDD

Cadre et enjeux de la REDD

Les forêts tropicales assurent 47,5 à 62,5% du  stock de carbone mondial tout en étant les principales victimes de la déforestation. Madagascar, définit comme l’un des 17 pays à mégadiversité dans le monde, dispose d’une superficie d’environ 600 millions d’ha soit plus de 15% de couverture en forêt primaire.  11,9% soit environ 7 millions d’hectares sont intégrés dans le système d’aires protégées de la Grande Ile. Ayant perdu plus de 80% de sa couverture forestière originelle la déforestation annuelle de l’ordre de 0,4% pour 2005 à 2010, elle est identifiée comme un hotspot ou “point chaud” de biodiversité. Le REDD ou Reducing emissions from deforestation and forest degradation apparaît comme un mécanisme mondial de financement de la conservation des forêts tropicales des pays Sud. La fondation Tany Meva a pris l’initiative de collaborer dans la mise en œuvre d’un projet REDD à Madagascar. Il s’agit pour l’instant d’un projet pilote dans le but de tester le financement à long terme des actions de conservation et de développement socio-économique des communautés riveraines à travers la vente de crédits de carbone.

La Fondation Tany Meva investie dans le projet pilote REDD à Madagascar : Community carbon rent benefit

Le Fonds Communautaire Carbone de Makira (FCCM) est constituée par les 50% des revenus de vente de crédits de séquestration de carbone par déforestation évitée à Makira. De ce fait, elle embrasse deux dimensions :

• la dimension globale puisque la séquestration carbone ne bénéficie pas seulement aux communautés sur place ou à Madagascar, mais à a planète toute entière

• La dimension locale étant donné que les fournisseurs de services débouchant sur l’évitement de la déforestation sont les communautés locales. Ce service est composé d’ actions de gestion durable de la ceinture verte, et des renoncements à défricher (accéder à la terre forestière) par la pratique des activités non destructrices dans leur vie quotidienne.

Dans la configuration actuelle, les communautés concernées se trouvent sur un terroir d’une superficie totale de 272 599 ha, dont 155 573 ha de forêts sous gestion durable. Environ 9 000 ménages sont concernés par le dispositif, organisés en communautés de base (en référence aux lois sur le transfert de gestion). La gestion du FCCM est assurée par la Fondation Tany Meva. Elle est chargée de sélectionner les projets communautaires, y compris les actions de gestion durable des forêts, et les actions visant l’amélioration des conditions de vie des communautés. La mise en place de ce mécanisme de paiement pour services environnementaux est long et exigeant. Ainsi, le choix d’une institution de financement durable ayant des expériences éprouvées dans le domaine de l’environnement comme la Fondation Tany Meva constitue une solution éminemment stratégique car elle fait correspondre l’échelle temporelle de la conservation avec un mécanisme de financement durable.

Les valeurs ajoutées de ce partenariat résident particulièrement dans le fait que la Fondation :

• assure une gestion efficace des fonds provenant de la vente des crédits carbones

• met à disposition du projet des financements provenant de ces propres capitaux

• peut mobiliser/catalyser des financements complémentaires

Leakage management

Pour le cas de Madagascar, les leakage sont principalement de type physique. La ceinture de fuite est une zone aux alentours ou adjacente au site du projet REDD à laquelle les activités de déforestation et de dégradation initiales du projet peuvent être déplacées. La persistance de ces activités dans ces zones réduits les impacts du projet. C’est ainsi que la Fondation Tany Meva oriente une grande partie de ses contributions dans le leakage management pour le projet pilote REDD à Madagascar. Le projet Makira est initié pour éprouver le financement à long terme des actions de conservation et de développement socio-économique des communautés riveraines à travers la vente de crédits de carbone par la mise en protection définitive et de la vente des crédits de carbone du parc. Préalablement, les terroirs communautaires aux alentours de Makira d’une superficie approximative de 340 000 ha sont identifiés comme les zones de fuite du projet REDD. La Fondation Tany Meva a investi dans la mise sous contrat de gestion durable de ces terroirs qui sont à la fois la zone de protection du parc et la zone de leakage du projet REDD. Des structures représentatives des communautés locales engagées dans la gestion durable de leurs terroirs sont également appuyées pour l’acquisition de capacitésnécessaires pour honorer leur engagement