Gestion locale des ressources marines-Réseau Madagascar

La mise en réseau des communautés côtières à Madagascar pour une meilleure gestion des ressources marines

Madagascar, la quatrième plus grande île du monde abrite un écosystème marin riche et unique, assurant les moyens d’existence et la sécurité alimentaire de plusieurs personnes. Cependant, avec une large côte de plus de 5,000 km, le manque chronique d’infrastructure et les ressources financières et humaines limitées du gouvernement malgache, l’implication des communautés côtières dans la gestion des ressources marines et côtières s’avère primordiale. S’inspirant de l’initiative du Pacifique sur la promotion des LMMA ou aires marines gérées localement (LMMA), la première LMMA a vu le jour à Madagascar en 2003, se basant sur la mise en place de réserves et de fermetures de pêche. Aujourd’hui, 13 années plus tard, plus de 100 associations communautaires sont engagées dans la gestion de ces LMMA au niveau de la grande île.

Marine protected area co-ordinationLes LMMA sont définies comme étant «une zone principalement marine et/ou côtière qui est gérée au niveau local par des communautés côtières, des propriétaires fonciers et/ou des représentants locaux de l’administration qui résident ou sont basés dans la zone en question ». Il est aujourd’hui estimé que plus de 12000 km2 de côte malgache sont sous gestion locale à travers ces LMMA avec près de 150000 personnes bénéficiaires.

Cependant, bien qu’étant un concept innovateur, les communautés gestionnaires de LMMA à Madagascar font face a plusieurs défis. La plupart d’entre elles sont situées dans des zones isolées et enclavées, ne les permettant pas d’affirmer leurs voix, mais surtout limite les possibilités d’échanges entre eux et l’accès aux informations. En outre, leur capacité en gestion de ressources marines est encore assez limitée. C’est dans ce cadre qu’est né en 2012, l’initiative de mettre en réseau les communautés gestionnaires de LMMA, à travers la création du réseau MIHARI.

MIHARI, un acronyme se traduisant par « MItantana HArena an-dRanomasina avy eny Ifotony » est le réseau des communautés gestionnaires des LMMA, et les organismes qui les appui. Outre le renforcement des capacités des communautés dans la gestion des ressources marines, le réseau vise principalement à assurer l’échange d’expériences et l’apprentissage entre pairs entre LMMA. Mais MIHARI est aussi un outil clé pour représenter la voix des communautés au niveau de la politique nationale.

Apres quatre années d’existence, le réseau MIHARI est aujourd’hui bien établi et a même sa place dans la contribution à l’agenda national du pays. 2015 a été une année assez  riche en échange d’expériences et en apprentissage. Quatre forums régionaux et un forum national ont été organisé et qui ont bénéficié à une centaine de représentants LMMA. L’aventure continue en 2016 pour le réseau MIHARI avec l’obtention d’un financement de trois ans du Critical Ecosystem Partnership Fund (CEPF).  Les priorités pour le prochain phase du réseau sont augmenter encore l’implication des communautés dans le réseau avec plus d’activités au niveau régional y compris des échanges, et des renforcement des capacités des leaders en terme de gestion et de leadership. Ces activités seront axées sur l’inclusion des LMMAs aux premiers stades de développement et sans le soutien d’une ONG dans le réseau et l’élargissement de l’appui technique pour répondre a leurs besoins. LMMA-Oct-2 - Copie

Toutefois, la particularité des années à venir réside surtout dans le développement et le renforcement du réseau pour le long terme avec les communautés au cœur des priorités.

Avec l’ambitieux engagement du gouvernement malgache à tripler la surface des aires marines à mettre sous protection et l’émergence des LMMA, les années a venir sont prometteurs pour assurer le développement des LMMA à Madagascar. Ceci permettra l’amélioration du niveau de vie des communautés côtières et la protection durable des écosystèmes marins pour le bien des générations futures.

Valisoa Rakotondrazafy, Coordinatrice MIHARI

Blue Ventures Madagascar