Complexe Tsimembo – Manambolomaty, un des premiers sites Ramsar de Madagascar

Biodiversité

Image1Situé dans la partie centre Ouest de Madagascar, l’Aire Protégée (AP) Tsimembo-Manambolomaty est formée par des écosystèmes lacustres, des forêts sèches caducifoliées, des mangroves et des savanes. C’est l’un des deux premiers sites Ramsar déclarés à Madagascar et il a obtenu le statut définitif d’aire protégée, Paysage Harmonieux Protégé, par le Décret n°2015-715 du 21 Avril 2015. La surface de l’aire protégée du Complexe Tsimembo-Manambolomaty est de 62,745 Ha. Le complexe Tsimembo-Manambolomaty est l’une des zones humides les plus protégées à Madagascar avec la concentration de plusieurs espèces menacées et il est considéré comme un centre de reproduction de l’Aigle pêcheur.

Si on ne parle que d’oiseaux, l’aire protégée abrite 137 espèces dont 47, soit 34% sont endémiques de Madagascar. Pour les lémuriens, 10 espèces sont recensées dont 100% endémiques.

Activités dans l’AP

Après les 25 années d’installation du projet The Peregrine Fund (TPF) dans ce site dans le but de la Conservation de l’Aigle pêcheur de Madagascar, Haliaeetus vociferoides, une espèce classée gravement menacée (CR), nombreux ont été les bailleurs de fonds qui ont montré leur soutien pour réaliser nos activités de conservation. L’un d’entre eux a été le CEPF, qui depuis 2001 nous a soutenu et appuyé.

Depuis 2015, le projet TPF a obtenu encore un soutien financier du CEPF dont deux petites subventions sur la conservation de l’aigle pêcheur et sur le contrôle des feux de forêt et une grande subvention sur le renforcement des capacités pour la gestion de l’AP et des ressources naturelles.

aigle pêcheur

aigle pêcheur

La conservation des espèces menacées et de leurs habitats dans ce site est réalisée avec la participation de plusieurs parties prenantes et en particulier de l’implication de la population locale. Une collaboration étroite a également été menée entre TPF et 10 associations locales pour assurer une bonne gestion des ressources naturelles.

Par ailleurs, une conservation réussie requiert la présence de futurs leaders formés, c’est la raison pour laquelle le TPF s’est engagé avec les Universités de Madagascar à encadrer, former et financer les recherches effectuées par quelques étudiants méritants. Si l’on ne parle que de ce site, 11 étudiants ont déjà obtenu leur Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) ou Master’s degree, un son Doctorat et un autre doctorant en cours.