APPEL A PROJETS

Appel à projets 2018 

La Fondation Tany Meva, reconnue d’utilité publique, vise à associer la gestion de l’environnement et le développement communautaire. Chaque année, la Fondation octroie des financements aux projets qui contribueraient à l’atteinte de ses objectifs.
Le présent Appel à Projets est ouvert aux organisations communautaires de base (VOI), associations, organisations non gouvernementales, ou autres Institutions sans but lucratif (ISBL) œuvrant dans le domaine du développement durable (au sens large). Mais également aux écoles appliquant l’éducation environnementale au niveau de leur établissement.
Cet appel est ouvert à toutes les Régions de Madagascar à l’exception de la région Sud-Ouest.

Cet appel concerne les subventions  ≤5.000$ et ≥25.000$  soit ≤16 Millions MGA  et ≥80 Millions MGA
Date d’ouverture: samedi 21 avril 2018        
Date de clôture: vendredi 1er juin 2018 à 15 heures

Comment soumettre?

La Fondation Tany Meva acceptera uniquement les soumissions utilisant le modèle requis (formulaire de projet) et remises en mains propres en version physique (01 exemplaire) avec une version électronique sur CD à l’adresse suivante:    
Fondation Tany Meva
Lot I A I 1 bis – Ambatobe 103 Antananarivo

Liens:

-Annonce Appel à Projets ( Francais, Malagasy)
-Termes de référence de l’Appel (francais, malagasy)
-Canevas de projet (Canevas de projets 2018,Lasitra tetikasa 2018)
Invitation_reunion d’informations

La Fondation Tany Meva répondra aux demandes d’informations complémentaires à l’adresse suivante: contact@tanymeva.org avec copie à h.rakotoniaina@tanymeva.org et par téléphone au: (+261) 20 22 403 99.  


Fiantsoana Tetikasa 2018 

Ny Fondation TANY MEVA dia misehatra amin’ny fiarovana ny tontolo iainana mirindra amin’ny fampandrosoana eny ifotony.Isan-taona ny Tany Meva dia manohana ara-bola ny tetikasa izay mamaly izany tanjona izany.
Ny tetikasa dia misokatra ho an’ireo Vondron’olona ifotony, ny fikambanana tsy miankina sy tsy mitady tombony rehetra, ONG, ka miasa amin’ny sehatry ny fampandrosoana Maharitra. Ary ho an’ireo sekoly izay mampiasa ny fanabeazana ara-tontolo iainana. 

Ity fiantsoana tetikasa ity dia mahasana lelavola ≤5.000$ sy ≥25.000$  na ≤16 Millions MGA  sy ≥80 Millions MGA
Daty fanokafana: sabotsy 21 Aprily 2018
Daty famaranana: zoma 1 jona 2018 

Fomba fanolorana?

Ny tetikasa dia aterina an-tanana na alefa an-taratasy (dika iray) izay tsy maintsy ampiarahina “version électronique” amin’ny CD, atao amin’ny adiresy:
Fondation Tany Meva
Lot I A I 1 bis – Ambatobe 103 Antananarivo

Taratasy ilaina:  

-Fiantsoana Tetikasa (Francais, Malagasy)
-Andinidinin’ny Tetikasa (francais, malagasy)
-Lasitra Tetikasa(Canevas de projets 2018, Lasitra tetikasa 2018)

Raha mila fanazavana fanampiny dia iangaviana mba hanoratra amin’ny adiresy: contact@tanymeva.org sy amin’ny h.rakotoniaina@tanymeva.org. Na miantso ny laharana: (+261) 20 22 403 99.  


APPEL A MANIFESTATION D’INTERET: AMI_Actualisation base de données_Tany Meva_mai 2018

ACTUALISATION DE LA BASE DE DONNEES POUR DES PRESTATIONS DE SERVICES OU INTELLECTUELLES, DE FOURNITURE ET DES TRAVAUX

Dans le cadre de la mise en œuvre de ces activités, Tany Meva procède à l’actualisation de sa Base de Données (valable pour 24 mois) et invite les personnes morales ou physiques disposant des expertises à l’un ou plusieurs de prestations de services ou intellectuelles, de fourniture, ou de travaux.

Les dossiers peuvent être également envoyés par courrier électronique à l’adresse mail contact@tanymeva.org (copie à n.rakotoarivony@tanymeva.org) ou par la poste (le cachet de la poste faisant foi) ou à déposer sous enveloppe fermée au siège social de la Fondation.

La date limite de dépôt des dossiers de manifestation d’intérêt est fixée le Mercredi 06 Juin 2018 à 15 Heures au plus tard et ces dossiers sont à adresser à :

 Fondation Tany Meva

Lot I A I 1 bis – Ambatobe

103 Antananarivo – Madagascar

 

 

 

 

Appel à Manifestation d’Intérêt

APPEL A MANIFESTATION D’INTERET: AMI_Actualisation base de données_Tany Meva_mai 2018

ACTUALISATION DE LA BASE DE DONNEES POUR DES PRESTATIONS DE SERVICES OU INTELLECTUELLES, DE FOURNITURE ET DES TRAVAUX

Dans le cadre de la mise en œuvre de ces activités, Tany Meva procède à l’actualisation de sa Base de Données (valable pour 24 mois) et invite les personnes morales ou physiques disposant des expertises à l’un ou plusieurs de prestations de services ou intellectuelles, de fourniture, ou de travaux.

Les dossiers peuvent être également envoyés par courrier électronique à l’adresse mail contact@tanymeva.org (copie à n.rakotoarivony@tanymeva.org) ou par la poste (le cachet de la poste faisant foi) ou à déposer sous enveloppe fermée au siège social de la Fondation.

La date limite de dépôt des dossiers de manifestation d’intérêt est fixée le Mercredi 06 Juin 2018 à 15 Heures au plus tard et ces dossiers sont à adresser à :

 Fondation Tany Meva

Lot I A I 1 bis – Ambatobe

103 Antananarivo – Madagascar

Présentation de vœux MEEF-Tany Meva

 

de gauche à droite: M. Ramanarivosoa Manager CEPF RIT MADIO Tany Meva, M. Ratsirarson Administrateur Tany Meva, Mme La Ministre, Mme Rasoavahiny Administrateur et M. Fanohiza Directeur Exécutif Tany Meva

 

Son Excellence Mme La Ministre Dr NDAHIMANANJARA Bénédicte Johanita a reçu le jeudi 7 mars dernier la délégation de la Fondation Tany Meva pour la présentation annuelle de vœux à l’encontre du Ministère de tutelle. La délégation a été composée de deux Admnistrateurs, Mme Laurette Rasoavahiny et M. Joelisoa Ratsirarson et de l’équipe Exécutive dirigée par Claude Fanohiza, Directeur Exécutif et Tolotra Ramanarivosoa, Manager CEFP RIT MADIO.

LANCEMENT DE MIARAKAP

Lancement de Miarakap, premier fonds d’impact dédié aux PME et aux start-up à Madagascar

Le 9 février 2018, Miarakap, premier fonds d’investissement à impact dédié au financement et à l’accompagnement des Petites et Moyennes Entreprises (PME) et des Start-up malgaches, réunissait ses partenaires et actionnaires pour la souscription en capital de son premier tour de table, mené par Emmanuel Cotsoyannis et le groupe investisseurs & Partenaires

M. Fredy Rajaonera, Président du Conseil d’Administration de Miarakap, et plusieurs grands noms de l’industrie, du financement et de l’entrepreneuriat malgache étaient réunis à l’hôtel Tamboho à Tananarive pour contribuer à ce nouveau fonds d’investissement.

UNE NOUVELLE SOLUTION DE FINANCEMENT ADAPTÉE AUX PME ET AUX START-UP À FORT POTENTIEL

La mission de Miarakap est de soutenir le développement d’un tissu dynamique d’entreprises malgaches pérennes et de promouvoir l’esprit entrepreneurial, en apportant aux PME et start-up malgaches les plus dynamiques un financement adapté et un accompagnement personnalisé pour leur permettre de réaliser leurs projets de croissance. Face aux difficultés de financement auxquelles sont confrontées la plupart des PME malgaches, Miarakap ambitionne d’apporter une solution de financement innovante, spécifiquement conçue pour répondre aux besoins des PME.

Miarakap boucle un premier tour de table de 11,5 milliards d’ariary après une phase de préparation menée par ses co-fondateurs, Emmanuel Cotsoyannis et le groupe Investisseurs & Partenaires. Emmanuel Cotsoyannis est un serial entrepreneur franco-malgache de retour au pays après une dizaine d’année de création, développement et direction de Start-up en France. Investisseurs & Partenaires (I&P), est un groupe d’impact investing dédié aux PME africaines fondé en 2002. Investisseurs & Partenaires a activement contribué à la mise en place du fonds en apportant son expérience métier et du capital. I&P dispose par ailleurs d’un bureau à Tananarive et compte à ce jour sept entreprises malgaches dans son portefeuille.

« Miarakap s’adresse aux PME et aux start-ups à fort potentiel de croissance issues de tous les secteurs d’activité et régions de Madagascar, dont les besoins en financement se situent entre 50 millions et 1 milliard d’ariary. Miarakap renforce les fonds propres et devient actionnaire minoritaire des entreprises, généralement pour 5 ans, et assure un accompagnement actif et personnalisé en fonction des besoins de chaque société (formalisation de leur gestion, renforcement de leur organisation, montée en compétences techniques et accélération de leur développement commercial) » explique Emmanuel Cotsoyannis.

Sur les dix années à venir, l’ambition de Miarakap est d’investir 30 milliards d’ariary, pour financer 40 entreprises, soit un rythme de 4 à 5 prises de participation par an.

UN FONDS D’INVESTISSEMENT A IMPACT

Au-delà de ses objectifs financiers, Miarakap a pour mission de soutenir des entreprises capables de générer des impacts sociaux, économiques et environnementaux positifs au bénéfice de leurs parties prenantes.

A ce titre, Miarakap compte le Critical Environment Partnership Fund (CEPF) comme partenaire privilégié, avec lequel il met en œuvre un dispositif particulièrement innovant d’appui au développement d’entreprises privées ayant un impact positif sur la protection de la biodiversité à Madagascar. Le CEPF soutient Miarakap pour trois principaux axes  de travail : la mise en œuvre de la stratégie environnementale du fonds, l’identification et le soutien à des PME et start-up à fort impact environnemental positif, et le plaidoyer auprès du secteur privé sur les sujets environnementaux et de conservation de la biodiversité.

DES ACTIONNAIRES DE RENOM ET UN FORT ANCRAGE LOCAL

Pour mener à bien sa mission, Miarakap peut compter sur les apports financiers, stratégiques et opérationnels d’acteurs de renom de l’économie malgache. En plus des apports d’Investisseurs & Partenaires, actionnaire de référence, Miarakap a levé un capital initial de 11,5 milliards d’ariary auprès de nombreux actionnaires locaux et internationaux parmi lesquels deux des principales banques locales (BFV-SG et BNI Madagascar), plusieurs grandes entreprises œuvrant dans des secteurs d’activité stratégiques (Groupe Axian, Pêcheries du Sud, Groupe Basan, Atria, ENAC, STTA…), l’Association de micro-assurance rurale Adéfi et enfin plusieurs investisseurs individuels malgaches résidents ou membres de la diaspora.

 

Miarakap bénéficie également de l’appui de la Coopération Monégasque, qui a financé une partie des coûts de mise en œuvre du fonds et appuie son développement.

 

En vertu de sa mission, Miarakap vise à apporter une contribution complémentaire aux dispositifs de soutien à l’entrepreneuriat en place à Madagascar, et à collaborer avec tous les acteurs de l’environnement des PME et des Start-up, dans une logique de consolidation de l’écosystème entrepreneurial.

 

Projet IUCN sur la biodiversité d’eau douce

Dans le cadre du projet grandes subventions du CEPF Hotspot MADIO de l’UICN / département Biodiversité d’eau douce, le rapport phare intitulé « L’état et la répartition de la biodiversité d’eau douce à Madagascar et dans le hotspot des îles de l’Océan Indien » sera présenté officiellement ce mercredi 28 février à l’Hôtel Le Pavé à Antaninarenina, Antananarivo à partir de 9 heures. 

L’objectif de ce rapport est d’améliorer la conservation de la biodiversité d’eau douce à travers le hostpot, notamment pour une représentation au sein des aires protégées conçues pour la conservation des espèces d’eau douce. Ainsi, au cours du projet 653 espèces ont été évaluées selon les catégories et les critères de la liste rouge  de l’UICN et 23 importants systèmes fluviaux, lacustres et zones humides ont été identifiés et validés pour les zones clés de biodiversité (ZCB) à Madagascar. 

Ce rapport présenté demain présente donc l’information la plus à jour et la plus complète sur l’état de conservation et la répartition des espèces d’eau douce dans le Hotspot MADIO. Il est prévu d’y intégrer l’information sur la biodiversité comme facteur pertinent dans les nouveaux processus de planification et d’améliorer sa disponibilité aux décideurs pour soutenir la mise en œuvre des Accords bilatéraux sur l’environnement et œuvrer à la réalisation des objectifs de Développement Durable mondiaux des Nations Unies.

 

Cérémonie de ritualisation à Ampanotoamaizina

DSC_0469La ritualisation du renouvellement de transfert de Gestion de la forêt d’Ampanotoamaizina, située dans la partie Est de Madagascar, au VOI Lova, un projet de petites subventions financé par CEPF s’est déroulé le 29 avril dernier. Le projet qui s’intitule «Evaluation du transfert de gestion du VOI Lova et création d’activités génératrices de revenu dans le Fokontany d’Ampanotoamaizina» en est actuellement à mi-parcours de ses réalisations. Ce renouvellement du transfert de gestion d’une période de trois ans a été effectué sous l’égide de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts (DREEFF) au VOI Lova. L’événement a été marqué par la signature du contrat de transfert de gestion de la forêt et par la stèle signifiant l’existence d’un responsable dans la gestion de la forêt. Ainsi à travers ce transfert de gestion, l’Etat est réellement représenté par les communautés locales. Cette ritualisation marque également l’importance de la protection des ressources naturelles par les communautés. Mais également le renforcement de collaboration entre le VOI Lova et la DREEF Toamasina ainsi que la protection de la biodiversité grâce à la mise en place de la stèle témoignant l’accord entre la communauté incluant les SAGE et le VOI. Ont pris part à la cérémonie le Directeur DREEF Toamasina, le Maire d’Ampanotoamaizina et les représentants des élus locaux, les membres du VOI Lova et le Team Leader de la RIT, Alain Randriamaherisoa et Monique, gestionnaire de projets CEPF.

DSC_0541

DSC_0507

Mission de coordination de la RIT aux Seychelles

DSC_0059La mission de la RIT aux Seychelles s’est déroulée du 18 au 25 juin avec comme principaux objectifs d’effectuer des visites de courtoisies auprès des autorités seychelloises avec le nouveau Team Leader et de réaliser les suivis des projets financés. La mise en place d’un point focal pour l’île afin de faciliter l’appui des récipiendaires dans le rapportage et la mise en œuvre de leur projet et des organisations potentielles dans le montage de projet a été aussi le but de ce voyage.

Dans le cadre du suivi des activités, la visite des sites et KBA ont été réalisées avec les récipiendaires de chaque projet : Grand Police en kayak. Le Grand Police est une vaste étendue de lac situé juste tout près de la plage. Elle se caractérise par son rôle d’habitat pour nombreux espèce de faune (chauve-souris, oiseaux, et les autres animaux lacustres). Elle est pourtant menacée par la présence de plantes envahissantes parmi lesquelles une espèce émergente dont les racines se propagent rapidement sous l’eau. Le projet de reforestation de l’ancienne zone de restauration de l’île de Silhouette gérée par ICS. Et enfin, la visite de l’Île Sainte Anne, située 5 km de Mahé, dont le site de translocation des tortues géantes qui est la plage appelé Petit Manon. Cette plage se trouvant à 20mn de l’hôtel Sainte Anne Resort, a été déterminée comme habitat propice pour le transfert de tortue géant à cause de l’existence de strate herbacée sous la végétation et également d’une zone peu marécageuse comme abreuvoir des tortues.

mcss

Atelier de validation TBER Morondava

DSC_0366Dans le cadre du projet de l’ONE (Office Nationale pour l’Environnement) portant sur la mise à jour du Tableau de Bord Environnemental régional (TBER) Menabe, un financement de petites subventions, l’atelier de validation de cet outil s’est tenu les 16 et 17 mai à l’Hôtel Les Bougainvilliers Morondava. Une quarantaine de participants émanant des entités décentralisées ainsi que les organisations œuvrant dans la région. Après une série de discours par le Préfet de Région et la Directrice régional du Ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et de Forêts, s’en est suivie la présentation des objectifs de l’atelier par le Directeur des Informations Environnementales, Jean Roger Rakotoarijaona et enfin la présentation du TBER en ligne. La mise à jour de cet outil est maintenant possible et progressif en temps réel via Google drive.

DSC_0354Des travaux de groupe en vue de valider les différentes données recueillies par indicateurs auprès des participants puis d’une séance de restitution en vue d’une discussion plénière ouvrant sur les pressions identifiées et les réponses à traiter. Le TBE est en effet inspiré du modèle DPISR ou Driver / force motrice – Pression – Etat- Impact et Réponse à travers ces différentes questions : quels sont les problèmes cruciaux, quelles sont les pressions directes et leurs causes, quels sont les impacts à tous les niveaux et enfin, quelles sont les réponses actuelles. Le principal problème rencontré dans la région Menabe est la migration. Cette forte migration entraînant ainsi des pressions directes sur la couverture forestière de la région. Les migrants s’associent principalement à la culture de rente comme l’arachide ou à l’exploitation des pierres précieuses. Le taux de déforestation annuel de la région est de 5,48% (de 2010 à 2015), un chiffre alarmant puisque celui du national est de 1 ,15% (de 2010 2013) (chiffres ONE). Quant à l’utilisation du TBER qui rencontre également des difficultés au niveau de son accessibilité en ligne. En effet, internet n’est pas encore à la portée de tous d’où la nécessité d’une publication en version papier avec diffusion large auprès des utilisateurs.

Rappelons que la dernière mise à jour du TBE a été réalisée en 2003. Cet outil dédié à une région permet une prise de décision facile à tous les niveaux, l’orientation et l’appui à la gestion de l’environnement et des ressources naturelles et la sensibilisation sur les informations environnementales.

Concours Photo CEPF 2017: MWF gagnant

Dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale de la Diversité Biologique, CEPF a organisé la 4ème édition du concours photos dédié à ses bénéficiaires à travers le monde. Et la 1ère place revient à la Mauritian Wildlife Foundation (MWF) / Hotspot MADIO ! Félicitations au gagnant !!

Le projet de MWF vise à rétablir ou à renforcer les populations de trois oiseaux mauriciens en voie de disparition : le faucon de l’île Maurice (Falco punctatus), la perruche de Maurice (Psittacula eques) et le pigeon rose (Nesoenas mayeri), dans des domaines privés. L’image gagnante montre deux techniciens de terrain de la Fondation tenant une jeune crécerelle dans leur main pour la remettre dans une boîte de relâchement et pourra rejoindre ensuite la population sauvage. «La gestion active de la conservation mise en place par des scientifiques extrêmement dévoués a amené le faucon crânien de Maurice du bord de l’extinction à la fin des années 1970 à une population saine de 500 personnes aujourd’hui», a déclaré Olivier Langrand, Directeur Exécutif du CEPF. « Cette photo illustre parfaitement cette réussite en matière de conservation, qui continue d’être soutenue par les acteurs de la société civile et le gouvernement ».

Jacques de Spéville volontaire photographe_Mauritian Wildlife Foundation

Jacques de Spéville volontaire photographe_Mauritian Wildlife Foundation

Visite – échange inter-RIT CEPF

Contexte et brève historique :

IMG_5191La visite-échange inter-RIT (Regional Implementation Team) provenant de toutes les zones d’intervention du CEPF dans le monde est une approche initiée par le Secrétariat en 2013. Ces échanges permettent de consolider, capitaliser et partager les expériences entre les RIT, ou encore promouvoir et développer une synergie d’actions et d’impacts pour la conservation de la biodiversité. Cette 2ème édition a donc eu lieu à Athènes, en Grèce du 14 au 21 mai, et à laquelle ont participé Alain Randriamaherisoa, Team Leader CEPF MAD-OI, Monique Randriatsivery et Miara Rajaobelina, Gestionnaires de Projets.

La première visite échange inter RIT s’est déroulé en 2013 à Front Royal, Virginie, aux États-Unis. Cette première expérience a été des plus concluantes comme en témoigne Jean Paul Ntungane, Directeur de projet d’Afromontane de l’Est : «nous avons amélioré nos propres outils et procédures en fonction des discussions et des leçons tirées par d’autres RIT. Il y a un certain nombre de choses que nous avons apprises, qui n’ont pas fonctionné pour d’autres RIT et nous les avons évité ; nous nous sommes concentrés sur les choses qui ont fonctionné. »

Quel rôle pour la RIT ?

IMG_5500Pour mieux connaître le rôle d’une Equipe Régionale de Mise en Œuvre, elle représente «l’oeil» du CEPF de par leur Hotspot respectif car elle met en œuvre les différentes stratégies définies. Chaque équipe travaille directement sur le terrain avec les bénéficiaires tout en contribuant à renforcer les capacités locales.

L’agenda de cette 2ème édition

IMG_5566Tout d’abord en quelques chiffres ce serait: vingt-huit (28) membres des RIT émanant des 12 Hotspots de biodiversité, six membres du Secrétariat, trois jours de partages d’idées, de défis et solutions pour la Conservation de la Biodiversité.

L’agenda de cet échange a été développé par les participants eux-mêmes. Le 1er jour a débuté par les discours d’ouverture d’Olivier Langrand, Directeur Exécutif du CEPF et de Nina Marshall, Directeur du Suivi – Evaluation. Puis, les présentations des différentes thématiques traitées ont été intercalées par les présentations des Hotspots des RIT-participants. Chaque thématique a ensuite été accompagnée de discussions et travaux de groupe. C’était l’occasion de connaître les défis en matière de conservation les plus pertinents dans les Hotspots et de comprendre les engagements similaires, propres à chaque pays. Trois anciens Team Leader des précédents fonds d’investissements ont également partagé leurs expériences, les leçons tirées et les perspectives à vernir. Pour résumer, les sessions ont été focalisées sur l’importance du renforcement de capacités des bénéficiaires ainsi que de trouver les moyens de s’engager avec le secteur privé.

IMG_5491Enfin, le dernier jour a été consacré aux visites de sites botaniques et archéologiques: le Parc National de Parnassos possédant une richesse floristique et des espèces végétales avec d’une valeur scientifique significative et le Sanctuaire du Delphi.